Méthode pratique pour relever un rythme

 

Faire le relevé d’un rythme n’est pas chose si facile.

Depuis que j’utilise une méthode basée sur le comptage des sons joués dans le temps de chaque pulsation j’ai beaucoup plus de facilité.

Déroulement du processus

 

1 – Le rythme à relever

Voici la piste sonore du rythme à relever (choisi dans le début d’un standard de Jazz).

La métrique de ce morceau est enet le tempo de l’extrait est à 96 bpm.

La pulsation est à la noire et le débit rythmique en croches.

Le rythme est joué en percussion sur un conga.

Après 2 mesures pour le décompte, le rythme est frappé sur 4 mesures, puis une mesure de métronome et il reprend à nouveau sur 4 mesures.

Si vous connaissez la métrique de ce rythme, le chiffre du haut vous indique le nombre de ‘beats’ par mesure (pour le présent exercice, le ‘Tick’ du métronome, en arrière plan, donne cette pulsation).

Si vous n’aviez pas ces facilités, il faut essayer de repérer le premier temps de chaque mesure et determiner le nombre de ‘beats’ par mesure.

Mettre son métronome en service à la vitesse établie.

2 – La feuille de relevé

Sur une feuille, de préférence à réglure musique, tracez les barres de mesure avec suffisamment d’espacement pour prévoir d’indiquer les pulsations au dessus des mesures.

Vous dessinez alors des barres verticales pour marquer les ‘beats’ de pulsation :

 

3 – Marquage des sons par pulsation

Jouez et rejouez le rythme en marquant une barre oblique pour chaque son entendu sur la durée de chacun des ‘beats’.

Si votre relevé est exact, vous devriez l’avoir annoté de la façon suivante :

Ex : le dernier beat de la 3ème mesure reçoit 2 marques pour les deux sons entendus sur ce beat.

L’absence de marque sur un beat signifie qu’il s’agit :

  • d’un silence
  • d’une liaison
  • ou d’une note longue

Un son décalé, produit sur un contretemps, serait marqué d’un trait oblique entre les marques de la pulsation.

 

4 – transcription en notation musicale

Il s’agit maintenant de retranscrire cette saisie rapide en figures de notes.

A cet effet, pour m’aider, j’utilise les tableaux ci-après :

 

tableau figures comptage par temps.pdf

Ils donnent, en fonction du nombre de sons entendus sur les temps, les principales figures de notes que l’on peut rencontrer.

Les abréviations en dessous de chaque figure indique la perception du temps illustrée par la figure :

  • TL = très long
  • L = long
  • c = court
  • tc = très court
  • divisé par x = répartition en x parts égales du temps

Il faut tenir compte, si le rythme est bien joué, de la sensation procurée par l’alternance des temps forts et faibles qui fournit une bonne indication dans le placement des figures de notes.

La difficulté du relevé rythmique, à ce stade, réside dans le fait que les coups portés ne sont pas de bons indicateurs du maintien ou non de la note.

Par contre, la régularité entre les coups frappés guide la notation.

Certaines mesures peuvent avoir plusieurs solutions possibles

Exemple : 1ère mesure

 

Une des solutions de la notation musicale est :

 

5 – Contrôle de la solution par vocalisation

On peut contrôler la qualité de la transcription en utilisant la vocalisation syllabique (voir article).

 

Et bien d’autres !

Cet exemple (le #21) a été choisi parmi les 50 titres de standard préparés pour servir à la dictée de rythmes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.