Guitare Manouche

Préambule

Mon propos n’est pas de fournir une complète étude stylistique mais plutôt de présenter des éléments représentatifs qui permettent de caractériser ce style à la guitare.

Cette page fonctionne comme un recueil qui rassemble les points essentiels.  Il faut suivre les liens vers les articles détaillés pour plus d’informations.

Un peu d’Histoire

Le style Gypsy Jazz est né avec Django Reinhardt et Stéphane Grappelli qui dans les années 1930 réussissent à créer un style totalement nouveau.

Fort de la personnalité de ces deux musiciens, le jazz manouche est un métissage des cultures tziganes, de la danse populaire française et du swing américain.

Eléments stylistiques

Rythme

Le rythme n’est pas donné par la batterie.

La pulsation rythmique est donnée par les guitaristes accompagnateurs :

  • battue avec un tempo sec
  • pulsif
  • vigoureux

La base du swing manouche est la ‘pompe’ qui doit s’effectuer avec souplesse et précision :

  • le premier mouvement (le ‘boum’) est le jeu de la basse avec un léger coup de médiator donné vers le bas (par le poignet, pas l’avant-bras)
    • sitôt la basse jouée, le médiator remonte en position de départ, comme s’il avait rebondi sur la corde
  • le deuxième mouvement joue l’accord complet
    • le poignet effectue une rotation dans l’axe de l’avant-bras
    • la frappe est sèche et l’accord ne résonne pas. On arrête la résonance en relâchant la pression sur les cordes à la main droite
    • la technique d’étouffement demande une bonne synchronisation des deux mains
      • le ‘tchac’ obtenu donne toute l’énergie à la pompe
  • à force de jouer, on va naturellement faire naître une variante où le médiator accroche légèrement la basse en remontant.
    • c’est un coup donné, sans réelle intention, qui correspond à un coup de ‘passage’ fondu avec le mouvement de retrait de la main droite
    • l’effet rendu correspond à ‘boum-tchac-a-boum-tchac-a’

L’instrument

Pour faire valoir la puissance de son jeu, Django Reinhardt à très vite adopté la guitare à  cordes métal créée par Mario Maccaferri (luthier de la maison Selmer).

Ce type de guitare est aujourd’hui associé à son jeu et est devenu l’archétype de la guitare acoustique jazz manouche.

Harmonie

Datant des années 1930, on retrouve fréquemment l’usage de la Sixte, autant dans les accords que dans le solo.

Les solos restent la plupart du temps dans l’harmonie de l’ère swing, sans utiliser trop d’extensions altérées.

L’élément tsigane est particulièrement important et plus évident dans les chansons en mineur.

Les accords et arpèges mineur 6 et de tonalité diminuée sont utilisés de manière généreuse, et on entend rarement un accord mineur de 7ème, à moins qu’il ne soit utilisé comme accord de passage

Accompagnement

La section rythmique est assurée par deux guitares et une contrebasse.

Le violon, la clarinette et l’accordéon viennent en contrepartie de la guitare lead.

Improvisation

‘Seules les 30 premières années d’apprentissage sont difficiles’

Répertoire

tout le répertoire de Django Reinhardt

Les valses musettes

Figures représentatives

Sans pouvoir les citer tous

Les frères Ferret
Joseph Reinhardt
Tchan-Tchou Vidal
Lousson Baumgartner
Babik Reinhardt
Henri Crolla
Babagne Pouville
Bireli Lagrene
Christian Escoudé
Patrick Saussois
Romane
Raphael Fays
Angelo Debarree
Fapy Lafertin
Dorado Schmitt
Samy Daussat
Stochelo Rosenberg
Yorgui Loeffler
Rodolphe Raffali
Clement Reboul

En cours de développement