Be bop

Pict Blavatar JazzJazz Be bop- style de Jazz

En 1942, Charlie Parker fait ses débuts dans le style be-bop après des progrès musicaux stupéfiants au cours des mois précédents. Il fait partie du groupe de jeunes jazzmen dont le trompettiste Dizzy Gillespie, le pianiste Thelonious Monk, les batteurs Max Roach et Kenny Clarke. Elaborée au cours des jam sessions, cette nouvelle musique extrêmement complexe a pour but, comme le résuma plus tard Monk, de créer quelque chose « qu’ils ne puissent pas jouer », « ils » désignant les musiciens des grands orchestres, souvent blancs, qui pratiquaient une forme plus commerciale de Jazz.

En effet, le be-bop allonge les temps d’improvisation dans les morceaux et accélère le tempo. Il sort des cadres traditionnels d’improvisation tout en conservant les morceaux traditionnels du jazz.

Au départ rejeté par les grands du Jazz, ce genre n’a commencé à avoir un véritable impact que fin 1945, avec le premier enregistrement du groupe de Dizzy Gillespie. Cette session, pompeusement surnommée depuis « la plus grande session de Jazz de tous les temps » a fourni nombre d’enregistrements célèbres. Le be-bop s’impose alors comme un genre de Jazz à part entière, ce qu’il reste encore de nos jours.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.